Discours d’Assad, décryptage…

Le discours qu’a prononcé le président syrien, ce dimanche 20 août à Damas, fut le plus important depuis le début de la crise en Syrie. Ce caractère remarquable et sans précédent est attribué à ce discours parce que Bachar al-Assad y a parlé d’une feuille de route, autrement dit d’une « nouvelle Syrie ».

Signe de la confiance qu’éprouve le président syrien, ce discours prouve qu’il est assuré de la fin imminente de la crise en Syrie et se dit prêt à bâtir une nouvelle Syrie.

Dans une autre partie de ses déclarations, le président syrien a remercié ses alliés, autrement dit la Russie, l’Iran et le Hezbollah, d’avoir aidé la Syrie à résister face aux complots ourdis à son encontre. En outre, il n’a pas oublié de dénoncer les politiques de l’Occident, notamment les États-Unis.

Cet important discours a fait tout de suite l’objet des décodages et décryptages des analystes politiques, dont les experts israéliens, qui y voient un « discours de victoire », c’est-à-dire, un discours qui promet la victoire éminente de la Syrie.

« Rien n’est au détriment de Bachar al-Assad. C’est lui qui a surmonté les problèmes », a déclaré un expert politique israélien à l’antenne de la télévision officielle d’Israël.

Il a ensuite rappelé les prévisions des analystes qui faisaient part de la chute de Bachar al-Assad et qui disaient que ses jours seraient comptés.

Mais quelle partie du discours d’Assad a fait le plus peur aux Israéliens ?

Le président Assad a parlé des principes historiques de la Syrie, rappelant qu’Israël était un ennemi occupant et que l’identité arabe de la Syrie était indiscutable.

En plus, Bachar al-Assad a souligné que la Syrie continuait de soutenir la Résistance face à Israël plus catégoriquement que jamais et que la Syrie ne renonçait pas à son intégrité territoriale.

Un autre trait remarquable de ce discours reposait sur le refus de Bachar al-Assad de répéter des slogans. Il s’est abstenu d’annoncer la victoire définitive de la Syrie, disant que l’échec des complots de l’Occident ne signifiait pas la victoire de la Syrie.

« L’Occident et ses alliés ont subi une défaite, mais la lutte continue », a-t-il affirmé.

On n’entend plus aucun appel à destituer Bachar al-Assad, que ce soit via une solution pacifique ou militaire, dans la bouche de ses ennemis. Les représentants de 43 pays ont pris part à la Foire internationale de Damas, et les dirigeants arabes et européens ont commencé à parler du maintien de Bachar al-Assad au pouvoir, des propos qui prouvent comment l’Occident et ses alliés ont cédé face à cette réalité : le projet américain a échoué et l’Occident et ses alliés ont appris ce qu’est la vraie Syrie.

presstv

Publicités
Cet article a été publié dans Coalition US, Europe, Guerre, Hezbollah, International, Iran, Israel, Occident, Orient, Politique, Résistance, Russie, Sioniste, Syrie, Terrorisme, UE, USA. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.