Les équipes de « tueurs tchétchènes » se dirigent vers la Syrie

chechen-killers-1

Ayant récemment remporté la bataille cruciale pour Alep, qui a changé la configuration de la guerre de procuration de l’Occident contre la Syrie,le journal Daily Beast confirme que des douzaines d’unités militaires russes formées spécialement de « tueurs tchétchènes » sont envoyées en Syrie.

Leur mission est en grande partie un mystère.

kadyrov7La Tchétchénie est une république du Caucase du Nord qui a combattu et perdu deux guerres séparatistes contre la Russie en 1994-1996 et 1999-2006, envoie des centaines de ses soldats hautement qualifiés au Moyen-Orient pour lutter contre les groupes islamistes, dont certains soldats et dirigeants sont également tchétchènes (différents rapports russes mentionnent de 3.500 à 5.000 Tchétchènes sont enrôlés avec des groupes extrémistes en Syrie et en Irak).

Pourquoi cet envoi? Parce que, comme l’écrit Beast, «C’est une chose de dire que le président russe Vladimir Poutine a apporté la paix à Alep en Syrie, et toute une autre chose de maintenir le contrôle sur les régions pro-Moscou sur le terrain. Le Kremlin renforce ses bases aériennes et terrestres en Lattaquié. Les militaires russes, quant à eux, voient un avantage en Syrie, une chance de montrer sur le terrain réel, «sous le feu», de quoi on est capable et comment en apprendre plus.

L’effort est relativement nouveau: les commandants tchétchènes recrutent depuis plusieurs mois des soldats pour les unités spéciales « syriennes », a rapporté mardi le journal indépendant russe Novaya Gazeta.

« Cette année, en Syrie, se termine de la meilleure façon pour Moscou, au-delà de ses rêves les plus fous« , a déclaré au Daily Beast, Sergei Markov, un officiel russe et conseiller du gouvernement. « Le président Poutine a gagné ses batailles dans de nombreux champs, y compris à Alep, en Amérique et dans l’UE. De plus en plus de gens s’accordent pour dire qu’il a raison, que le pouvoir et la justesse de la Russie augmentent « , a déclaré Markov. « L’ordre du jour pour les Tchétchènes est secret mais très probablement ils participeront au combat contre ISIS à Raqqa [la capitale ISIS] dans le nord de la Syrie« .

Le dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov a consacré beaucoup d’efforts à la construction d’unités spéciales, connues sous le nom de «escadrons de la mort», d’hommes courageux, sans pitié, expérimentés dans les guerres de rues et dans les montagnes.

Daily Beast ajoute, dans un rapport vidéo (retiré) d’une chaîne de télévision locale tchétchène, que Kadyrov a personnellement « révisé » ses soldats. Kadyrov m’a dit en 2014 que c’était « une question d’honneur » de ramener à la maison les Tchétchènes engagés auprès d’ISIS. Il a dit qu’il s’est personnellement rendu en Syrie pour consulter l’armée de Bashar Assad et aider les parents tchétchènes à trouver leurs filles et leurs fils en Syrie.

Cela signifie que, parallèlement à diverses forces spéciales iraniennes qui combattent tranquillement aux côtés des troupes russes et, bien sûr, syriennes, la prochaine ligne d’escalade des forces spéciales sera l’arrivée de centaines de Tchétchènes pour empêcher toute opération de guérilla de l’ISIS.

Le Centre Carnegie Moscou a fait valoir que la question des Tchétchènes dans ISIS est un test crucial pour le pouvoir de Kadyrov: les islamistes ont déjà promis de soutenir une révolution en Tchétchénie et ont même offert une récompense de 25 millions de dollars pour les têtes  de Kadyrov et ses associés.

En fin de compte, il semble qu’à la fin de 2016, la Russie de Poutine est pressée de lutter et de garder son terrain sur de nombreux fronts. Inspiré par le succès en Syrie, Poutine aurait des plans pour soutenir un chef militaire libyen, Khalifa Haftar (qui autrefois était maqué avec la CIA).

Incidemment, la récente expédition de forces spéciales tchétchènes par Poutine en Syrie a également fait l’objet d’un récent message du Saker, dont la prise de conscience de ce développement surprenant récemment est présentée ci-dessous:

Premièrement, même si les sources russes donnent l’impression que nous parlons de deux bataillons complets, je soupçonne que ce n’est pas le cas et que quelques compagnies seront formées à partir d’éléments tirés de ces bataillons. Pourquoi? Parce que ces bataillons font partie de l’épine dorsale du système de sécurité russe dans le Caucase et qu’utiliser de telles forces d’élite pour protéger 2 installations militaires n’a aucun sens.

Deuxièmement, cela implique la question de savoir ce que ces «Tchétchènes» (en fait un nom impropre – voir ci-dessous) feront vraiment la Syrie. La seule circonstance dans laquelle il serait logique de les envoyer pour protéger les bases russes à Kheimim et Tartus serait si une attaque massive était attendue contre ces installations et aucun autre renfort n’était disponible, ce qui n’est évidemment pas le cas.

Troisièmement, ces deux bataillons sont majoritairement, mais non exclusivement, composés d’opérateurs musulmans sunnites. Cela donne des avantages évidents. En outre, ces bataillons ont eu l’histoire de vaincre avec succès l’insurrection Wahhabite en Tchétchénie. Cela pourrait être d’une importance cruciale, car les wahhabites tchétchènes composent également quelques-unes des meilleures forces disponibles au commandement Daesh / ISIS / en Syrie. Alors qu’est-ce qui se passe vraiment ici? Tout d’abord, il faut souligner que ces deux bataillons sont des unités tout à fait uniques. Alors que formellement ils font partie de la plus grande communauté de forces spéciales russes, ils ont une histoire unique et une réputation unique. Traditionnellement, la Russie a toujours compté sur les forces de choc musulmanes d’élite, et la plupart de ces derniers ont été tchétchènes. Cela était vrai avant la Révolution de 1917 comme il était vrai après. Par exemple, le soi-disant «bataillon musulman» a joué un rôle clé dans l’invasion de l’Afghanistan. Et 2008, les bataillons tchétchènes « Ouest » et « Est » ont joué un rôle clé dans la contre-offensive russe contre les forces géorgiennes. Pour faire une histoire courte: non seulement ces bataillons sont connus pour leur courage et leurs compétences étonnantes, leur apparition provoque souvent la panique dans les forces adverses.

kadyrov-poutine2Deuxièmement, Ramzan Kadyrov a disposé des ressources énormes, avec le plein soutien de Poutine, bien sûr, dans la création d’une installation unique de formation des forces spéciales en Tchétchénie étaient des opérateurs spéciaux de toute la Russie viennent apprendre, enseigner et partager leur expérience. En conséquence, les unités dites «tchétchènes» sont en réalité un mélange d’opérateurs spéciaux de toute la Russie qui ont été spécialement formés pour faire face aux insurrections de type Daesh. Cela signifie que, indépendamment de la taille réelle de la force envoyée à la Syrie, de l’utiliser pour protéger les installations est totalement irréaliste et personne en Russie ne croit vraiment que tous ces gars vont être postés en des points de contrôle. Leur vraie mission sera quelque chose de très différent. Certains analystes russes ont spéculé que leur fonction réelle sera d’effacer d’Alep les forces restantes d’al-Nosra / Daesh / ISIS. Peut-être, mais j’en doute. Je trouve qu’il est beaucoup plus probable que ces hommes seront envoyés pour former des forces spéciales syriennes dans des opérations de renseignement anti-insurrectionnelles avancées. D’une part, les Russes ont admis avoir des agents de renseignements tchétchènes infiltrés dans Daesh. Il serait logique pour les Russes de partager leur expérience avec leurs homologues syriens. La raison principale ici est que plutôt que de combattre la guerre pour les Syriens, les Russes doivent permettre aux Syriens de livrer leur propre guerre.

Hélas, le bilan effectif des forces de sécurité syriennes a été, selon les sources russes, moyen et les Russes en sont, semble-t-il, peu impressionnés. Alors que les Syriens ont des unités de combat d’élite, ils n’ont pas d’agents de renseignement de haute qualité. Ce qui est nécessaire dans ce cas n’est pas seulement un bon soldat (par exemple un parachutiste russe ou un Ranger américain), mais un combattant pleinement entraîné et un officier de renseignement entièrement formé, quelque chose comme la Division des activités spéciales de la CIA ou la force russe Vympel « . Le type de formation nécessaire pour se préparer à une telle fonction est beaucoup plus complexe, coûteux et long que ce qu’il faut pour former un bon Parachutiste ou Ranger. J’imagine que si les Tchétchènes apporteront un soutien immédiat aux Syriens, ils auront aussi un rôle de longue date dans l’organisation d’une force antiterroriste / contre-insurrectionnelle efficace.

by Tyler Durden

numidia-liberum.blogspot.fr

Source Zero Hedge @zerohedge
Traduction Hannibal GENSERIC
Publicités
Cet article a été publié dans CIA, Europe, Guerre, International, Médias, Occident, Orient, Politique, Russie, Syrie, Tchétchénie, Terrorisme, USA. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s