Obama promet une riposte face à Moscou, le ton monte avec Poutine

obama-32

Barack Obama, qui a promis des représailles contre la Russie après les piratages qui ont perturbé la présidentielle, s’exprime vendredi sur fond de tensions croissantes avec Vladimir Poutine dont la stratégie en Syrie exaspère la diplomatie américaine, impuissante face au drame d’Alep.

A quelques heures de son départ en famille pour ses dernières vacances présidentielles à Hawaï, le locataire de la Maison Blanche s’exprimera lors d’une conférence de presse qui sera scrutée avec attention par son successeur Donald Trump, qui a, lui, promis de se rapprocher du chef du Kremlin.

« Si un gouvernement étranger, quel qu’il soit, tente d’entacher l’intégrité de nos élections, alors nous devons agir », a prévenu M. Obama sur la radio NPR. « Nous déciderons où et quand nous le ferons », a-t-il ajouté, tout en restant évasif sur la nature de la riposte, évoquant des mesures qui seront annoncées urbi et orbi et d’autres qui pourraient être plus discrètes.

Le recours à des sanctions contre des cadres du régime russe placerait Donald Trump dans une position difficile une fois au pouvoir: les supprimer d’un trait de plume nourrirait les accusations d’une trop grande proximité avec Moscou, une posture qui crée des remous au sein du parti républicain.

A cinq semaines de son départ du pouvoir, le président sortant, qui a une marge de manoeuvre limitée, entend durcir le ton sur ces cyberattaques dont l’impact réel sur le scrutin ayant opposé la démocrate Hillary Clinton au républicain Donald Trump reste impossible à mesurer.

Nombre d’observateurs estiment que l’objectif de Moscou était d’abord de saper la confiance dans la légitimité de l’élection du 8 novembre.

Moscou a vivement réagi aux accusations américaines. « Il faut soit cesser d’en parler, soit apporter enfin des preuves. Sinon, tout ça est plus qu’indécent », a lancé vendredi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov en marge du déplacement de Vladimir Poutine à Tokyo.

Si Barack Obama n’a pas mentionné le président russe dans l’entretien avec NPR, l’un de ses proches conseillers, Ben Rhodes, l’a fait, jeudi: « Je ne pense pas que des événements aux ramifications aussi importantes se produisent au sein du gouvernement russe sans que Vladimir Poutine ne soit au courant ».

Donald Trump rejette non seulement les conclusions des services de renseignement rendues publiques le 7 octobre mais également une évaluation secrète de la CIA révélée par le Washington Post selon laquelle Moscou avait effectué ces piratages dans le but précis de faire gagner M. Trump.

Isolé, y compris au sein de son parti, dans son insistance à épargner Vladimir Poutine, un homme dont il a souvent loué les qualités de leader, il insinue que l’administration Obama a des intentions partisanes en accusant la Russie d’être à l’origine des piratages informatiques.

« Si la Russie, ou toute autre entité, faisait du piratage, pourquoi la Maison Blanche a-t-elle attendu si longtemps pour agir? Pourquoi ne se sont-ils plaints qu’après la défaite d’Hillary? « , a-t-il écrit sur Twitter.

« C’était un mois avant l’élection, cela n’avait rien d’un secret », a pourtant rappelé il y a quelques jours Barack Obama, soulignant que ses services avaient explicitement et publiquement pointé du doigt Moscou dès le 7 octobre.

Pour l’ancien patron de la CIA Michael Hayden, Donald Trump est « la seule personnalité américaine à ne pas encore avoir concédé que les Russes ont lancé une grande campagne clandestine d’influence contre les Etats-Unis ».

John Podesta, directeur de campagne d’Hillary Clinton, dont des milliers de messages ont été piratés et mis en ligne dans les semaines précédant le scrutin présidentiel, a dénoncé avec force vendredi les dysfonctionnements au sein du FBI.

« Le Congrès devrait exercer avec plus de vigueur son pouvoir de contrôle pour déterminer si le FBI a répondu avec trop de zèle sur Clinton (et son utilisation d’une messagerie personnelle, ndlr) et de manière trop timorée sur la Russie », a-t-il écrit dans une tribune publiée par le Washington Post.

Pour cet ancien conseiller de Bill Clinton et de Barack Obama, l’élection est passée et le mal est fait, mais « la menace de la Russie et d’autres agresseurs potentiels reste réelle et exige une réponse forte et dans la durée ».

Le FBI croit aussi à une intervention de la Russie dans l’élection américaine

La police fédérale américaine (FBI) s’est rangée aux conclusions de la CIA sur une intervention de la Russie dans l’élection américaine, ce qui isole encore davantage le président élu Donald Trump qui a rejeté cette thèse.

Ce soutien du patron du FBI, James Comey, ainsi que de James Clapper, à la tête de la direction du renseignement (DNI), conforte solidement l’avis de la CIA, qui a établi que des personnes liées à Moscou ont fourni au site WikiLeaks des emails piratés sur les comptes de l’ancien directeur de campagne de la candidate démocrate Hillary Clinton, John Podesta, et du parti démocrate, entre autres.

Les principales agences américaines spécialisées dans l’enquête et le renseignement offrent donc désormais un front uni en s’accordant sur les manipulations russes préélectorales, et démentent par la même occasion les quelques élus américains qui ont affirmé que des dissensions existaient sur ce point entre la CIA et le FBI.

Ne craignant apparemment pas de s’aliéner ces puissantes agences, le président élu des Etats-Unis Donald Trump a affirmé dimanche qu’il ne « croyait pas » à la thèse selon laquelle la Russie avait cherché à le faire élire le 8 novembre. La Russie a de son côté dénoncé lundi des accusations « gratuites » de la CIA.

Hillary Clinton a pour sa part accusé Moscou et Vladimir Poutine d’être partiellement responsables de sa défaite, lors d’un dîner avec des donateurs de sa campagne, a affirmé vendredi le New York Times.

levif.be

Source: Belga

L’ambassadeur de la Fédération de Russie en France Alexandre Orlov reste ferme, qualifiant tout reproche envers Moscou d’indécent et ridicule

Obama n’est, de facto, plus président, il peut dire tout ce qu’il veut

obama-33

Publicités
Cet article a été publié dans Asie, CIA, Cyber, Espionnage, FBI, International, Japan, Médias, Orient, Pacifique, Politique, Russie, Syrie, Terrorisme, USA, WikiLeaks. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s