Alep est libéré

alep-lib-1


Lors de la réunion du Conseil de sécurité de l’ONU d’hier, Vitali Tchourkine, représentant permanent de la Russie, a annoncé la libération complète d’Alep après quatre ans de la domination des terroristes. Il a souligné que l’opération serait suivie d’une étape de l’aide humanitaire.

Le résumé

Les opérations anti-terroristes à grande échelle dans la ville ont commencé le 15 novembre – il y a exactement un mois. Elles ont été une grande surprise pour l’Occident, qui protégeait soigneusement l’organisation terroriste « Jabhat an-Nusra », interdite en Russie. Ce sont ces opérations qui ont apporté les premières victoires : après que le début des soi-disant consultations avec la coalition occidentale, les terroristes ont commencé de « deviner » de temps en temps des telles ou telles données secrètes.

Cependant, malgré le soutien de l’Occident que certains pays ont cessé de cacher à la fin de l’opération, les terroristes n’ont pas réussi à tenir bon même pendant un mois. Cela a créé un contraste frappant entre « lutte » de quatre ans de Washington et l’opération rapide et triomphante russo-syrienne.

Mossoul et Palmyre

Cependant, la libération d’Alep est assombrie quelque peu par l’occupation de certains secteurs de Palmyre par les terroristes. Il est connu que pour cette opération de réputation les forces terroristes ont été déplacées de Mossoul irakien et de Raqqa syrienne, « zones de responsabilité » de la coalition occidentale. De plus, certains hommes politiques et militaires parlent franchement du lien entre la fin de l’étape de la lutte active de l’Occident et l’attaque des terroristes sur Palmyre, ainsi que du fait que l’occupation de Palmyre était dirigée directement par la CIA, dont il existe nombre de preuves.

D’autre côté, toutes les parties reconnaissent que la ville antique n’a pas aussi d’importance stratégique qu’Alep. Cependant, si la guerre de l’information psychologique est de plus en plus importante que la guerre réelle, l’action des terroristes peuvent porter ses fruits.

Déroulé des événements

Bien sûr, il est très tôt de parler de la fin de la guerre, mais on peut dire que le point tournant est dépassé. Maintenant, après l’expulsion des terroristes de Palmyre, les principaux combats pourront se dérouler à Idleb, où se déplaçaient pendant longtemps les bandes armées.

Il est possible que la libération d’Idleb, situé près de la zone côtière, qui est maintenant la rempart de l’EI et qui devienne le prochain objectif de l’ « Amiral Kouznetsov ». Selon certaines données, le ministère russe de la défense a l’intention de l’envoyer à son port d’attache début février. Cependant, quand ces données ont été reçues, la proche libération d’Alep était évidente. Le porte-avions russe passera encore un mois aux côtes de la Syrie, probablement pour y réaliser une opération de grande envergure.

Si l’opération à Idleb réussit, il sera possible de parler d’un point tournant fondamental et, en fait, de la fin proche de la guerre. Toutefois, certains analystes occidentaux et arabes parlent déjà du fait que la Syrie peut être libérée déjà au printemps.

katehon

Publicités
Cet article a été publié dans CIA, Guerre, International, Occident, Orient, Politique, Russie, Syrie, Terrorisme, USA. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s