La Super Journée du Super Tsar Poutine

poutine21

La Super Journée du Super Tsar Poutine

Jean-Noël Cuénod: Certes, au moment où ces lignes surgissent à l’écran, des milliers de femmes, d’enfants, d’hommes sont en train d’être massacrés par les soldats de Bachar, plus vaillants aux viols et à la torture qu’au combat. Mais pour un successeur d’Yvan-le-Terrible et de Joseph Staline, le sang humain n’est qu’un fleuve parmi d’autres. Juste un peu plus rouge. C’est tout. Et puis, en russe, n’ont-ils pas la même racine, le rouge et le beau ? Beau comme ce mardi 13 décembre. (…) En juin 2013, Poutine avait tenu à remercier Rex Tillerxxon en le décorant de l’Ordre de l’Amitié, la plus haute distinction qu’un étranger puisse recevoir en Russie… (…) Pendant ce temps-là, François Fillon rétropédale sur l’assurance-maladie, Angela Merkel prépare ses élections, la Grande-Bretagne se demande comment quitter l’Europe sans en sortir, la Suisse, avec d’autres pays européens, contemple son nombril argenté en se disant « y en a point comme moi », Bruxelles verse des larmes sauriennes sur les cadavres d’Alep et l’ONU prend pour modèle la SdN de 1938. Joyeux Noël !

Mystique

Jean-Dominique Michel: Je crois que seule la mystique peut en définitive porter un éclairage décent sur notre condition humaine, un éclairage qui ne nous limite pas, qui rende justice à cet infini que nous portons en nous à défaut de pouvoir le concevoir… Et que comme le propose Edgar Morin, l’éducation à la condition humaine aurait à être au cœur de toute éducation digne de ce nom c’est-à-dire digne de nous. A partir de cette perspective comme des autres (physique, biologique, psychologique, sociale, scientifique, philosophique et culturelle). En attendant, puisque nous considérons encore cela comme du luxe ou du verbiage, un petit texte incandescent de Zundel (tiré du « Poème de la Sainte-Liturgie) qui dit tout et donc ne dit rien…

Parler au peuple : tout commence par là !

Pascal Décaillet: (…) Peu de politiques savent parler au peuple. Ils ont appris, au mieux, à s’exprimer dans le gros plan d’une émission TV, surtout ne pas trop bouger, pas d’esclandre, pas d’outrance. (…) Parler simplement, pour être reçu par tous, n’appauvrit en rien le propos : au contraire, cela le sert ! A qui s’adresse le politique ? A un corps électoral (en Suisse, au niveau fédéral, toute personne ayant la nationalité, et l’âge de 18 ans) de plusieurs millions d’âmes. Toutes, assurément, ne sont pas agrégées de grammaire ! Ni lectrices de Kant. Donc, il faut aller vers elles. C’est aussi simple que cela. Sans aucune concession sur le fond. Mais en le traduisant en mot clairs, audibles, imagés, immédiatement compréhensibles. Parler au grand nombre, c’est servir la citoyenneté, puisqu’on étendra le champ de la compréhension. J’invite ici toutes les femmes, tous les hommes qui font de la politique, de gauche ou de droite, de tous bords, à s’imposer l’absolue rigueur rhétorique de la clarté et de la simplicité. Au service de tous ! Si cela, c’est être populiste, alors je veux bien : soyons tous populistes, dans ce sens-là, celui de parler au peuple avec les mots qui sont les siens.

“Cigarettes et chocolat chaud”. Laborieux

Edmée Cuttat: Décidément le papa poule a la cote. Après Omar Sy dans Demain tout commence, c’est Gustave Kervern qui s’y colle dans Cigarettes et chocolat chaud, où il donne la réplique à Camille Cottin déguisée en assistante sociale. C’est le premier long-métrage Sophie Reine, monteuse à la base.(…) Entre ces deux personnages que tout sépare, une série de scènes qui se veulent drôles, touchantes et décalées. L’auteur se pique aussi d’un éloge à la différence, assorti d’une réflexion sur la famille, ses codes, la perte d’une mère, l’obligation sotte de toujours marcher dans les clous pour avoir des gosses épanouis. Des intentions louables. Dommage pourtant que le film ne nous en offre le plus souvent qu’une caricature à l’écran.

La « culpabilité blanche »

John Goetelen: Valérie Plante est chef du principal parti d’opposition à Montréal, le Projet Montréal, qui dispose de 17 sièges au Municipal. En face l’Équipe Denis Coderre en détient 32. Autour cinq petites listes plus quatre indépendants disposent au total de 17 sièges. Le renouvellement du Conseil Municipal aura lieu en 2017. Valérie Plante a été élue chef de son parti le 4 décembre dernier. Elle vient d’annoncer la couleur: elle ressent de la culpabilité blanche, du white guilt comme on dit là-bas. Et elle annonce que si elle est élue son premier geste sera d’instaurer une politique de recrutement qui donne plus de place à la diversité montréalaise. (…) (TDG)

Par Jean-François Mabut

tdg.ch

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s